marteau tournevis
calendrier 260
Avril 2017
D L Ma Me J V S
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6
pointille 260

infolettre abonne

lire infolettre

Une plateforme mobile pour le signalement des problèmes non urgents.

pointille 260
service incendie

Attention aux brûlages extérieurs

Chaque année avec l'arrivée du printemps, on s'active à nettoyer notre terrain. Le brûlage des résidus verts peut flanquer la frousse à plus d'un citoyen. Sur un sol asséché par le soleil et le vent, les feux à ciel ouvert échappent facilement au contrôle des personnes les plus vigilantes et peuvent s'attaquer aux maisons, aux broussailles et aux forêts.

La municipalité de Messines possède un règlement de brûlage à cet effet. Le règlement n° 2012-300 a été adopté le 4 septembre 2012 par le conseil municipal de Messines et peut être consulté sur le site web de la municipalité dans la section Greffe, règlements municipaux.

EN TOUT TEMPS, nous vous demandons de communiquer avec l’inspecteur municipal pour obtenir un permis ou une autorisation afin de pouvoir procéder à votre brûlage extérieur. Vous pouvez joindre l’inspecteur municipal en composant le 819-465-2323 poste 123.

Nous vous remercions de votre collaboration,

pointille 260

Histoire et origines de Messines

La municipalité de Messines doit son nom à un village belge de Flandre occidentale où des Canadiens se sont illustrés au cours de la Première Guerre mondiale.

Les débuts de la municipalité remontent toutefois vers 1850 quand un des lieutenants de Jos Montferrand, Pierre Guertin, s’installa en Haute-Gatineau, dans le secteur qui porte encore aujourd’hui le nom de Val-Guertin. À cette époque, Messines était une partie du territoire de Bouchette.

En 1921, le secteur de Burbridge fut détaché de Bouchette pour former la nouvelle municipalité de Messines, dont le premier maire fut Louis Lécuyer.

Ce secteur de Burbridge tenait son nom d’un sous-ministre canadien de la Justice, George Wheelock Burbidge (1847-1908), l'un des avocats de la Couronne lors du procès du Métis Louis Riel, et propriétaire d'un chalet le long du lac Blue Sea.

Dans les lettres patentes de la nouvelle municipalité, une erreur de transcription a fait perdre le « S » final du nom de Messines, une situation qui ne fut rectifiée qu’en 1986.

Source :

Commission de toponymie du Québec

Une rivière qui vient du nord, Louis-André Hubert

Maniwaki et la Vallée de la Gatineau, Anastase Roy

Sogercom.com


 
 
 
Activé par Sogercom.com         Copyright © Municipalité de Messines       Connexion

Connexion

Copyright © Municipalité de Messines
Activé par Sogercom.com